Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

HENRI AMOUROUX. POUR EN FINIR AVEC VICHY TOME 1 ET 2
HENRI AMOUROUX. POUR EN FINIR AVEC VICHY TOME 1 ET 2
HENRI AMOUROUX. POUR EN FINIR AVEC VICHY TOME 1 ET 2
HENRI AMOUROUX. POUR EN FINIR AVEC VICHY TOME 1 ET 2
HENRI AMOUROUX. POUR EN FINIR AVEC VICHY TOME 1 ET 2

TOME 1 ET 2 POUR EN FINIR AVEC VICHY .

PRIX 20€ LES DEUX TOMES +PORT 3€

Né(e) à : Périgueux , le 1-017-1920

Mort(e) à : Mesnil-Mauger , le 20-08-2007

Biographie :

Henri Amouroux, né le 1er juillet 1920 à Périgueux et mort le 5 août 2007 au Mesnil-Mauger, dans l'ancienne commune de Sainte-Marie-aux-Anglais (Calvados), était un journaliste et historien français, membre de l'Institut de France et président du Prix Albert Londres pendant 21 ans.

Après ses études à l’École supérieure de journalisme de Paris, Henri Amouroux entre en 1938 à l’agence de presse Opera Mundi à Paris, puis devient rédacteur à La Petite Gironde, interdite de reparution à la Libération. Il participe au groupe de résistance Jade Amicol.

A la Libération, il appartient à l’équipe de "Sud Ouest", qui succède à "La Petite Gironde". Il occupe les postes successifs de secrétaire de rédaction, secrétaire général adjoint de la rédaction, secrétaire général de la rédaction, rédacteur en chef adjoint, rédacteur en chef (1966), avant de venir directeur général adjoint, puis directeur général entre 1968 et 1974. Il quitte alors le journal pour prendre la direction du quotidien national "France-Soir" jusqu'en 1975. De 1977 à 1982, il est co-directeur et éditorialiste du quotidien régional "Rhône-Alpes".

Président du jury du prix Albert Londres de 1984 à 2006, il avait souhaité démissionner et avait été alors élu président honoraire à l'unanimité des membres de l'association. Il était membre de l'Académie des sciences morales et politiques depuis 1978.

Il réalise également de grands reportages de politique étrangère, sur le Viêtnam, l'Union soviétique et Israël et réalise des émissions de radio pour France-Inter : « Les Rendez-vous de l'histoire » et de télévision ( pour TF1).

Parallèlement à son métier de journaliste, Henri Amouroux a mené une carrière littéraire qui, d'abord discrète, lui a conféré une notoriété certaine, et a provoqué une polémique avec certains historiens lorsqu'il a entrepris de raconter la «Grande histoire des Français sous l'Occupation.» Les premiers volumes de cette fresque, « Le Peuple du désastre » (1976), «Quarante millions de pétainistes» (1977), sont des succès de librairie. Les neuf premiers tomes ont été vendus à plus de deux millions d'exemplaires, lorsque paraît le dernier en 1993, « La Page n'est pas encore tournée ».Il a également publié « Monsieur Barre » (1986), première biographie de l'ancien Premier ministre de Valéry Giscard-d'Estaing, « De Gaulle raconté aux enfants » (1990) et « Pour en finir avec Vichy - tome I : Les Oublis de la mémoire 1940 » (1997).

Henri Amouroux était titulaire de la Croix de guerre 39-4

est un des meilleurs historiens de la seconde guerre mondiale vue du côté français.

La thèse qu'il n'a cessé de développer tout au long de ses nombreux ouvrages est la suivante: la france n'avait pas les moyens de résister en mai-juin 1940, et ne pouvait donc faire autremment que de demander l'armistice.

Amouroux est si convaincu et, partant, convaincant qu'il est difficile de ne pas souscrire à son point de vue.

Il souligne d'entrée, et il a raison, que la déclaration de guerre de la France à l'Allemagne en 1939 était anticonstitutionnelle, n'ayant pas été approuvée par les Chambres.

Selon lui, les causes de la défaite sont: les suivantes:

1)- des théories guerrières qui n'ont pas évolué face à un adversaire entreprenant;

--> vrai, mais ne pas oublier que le nombre de soldats français, inférieur de moitié aux allemands, conduisait naturellement à des choix défensifs.

2)- la prudence excessive de l'Angleterre, qui après avoir déclenché les hostlités, a refusé de "mettre au pot";

3)- l'absence d'implication du peuple français;

--> vrai: ne pas oublier que la droite est séduite par le régime hitlérien, surtout après l'avènement du front populaire, et que d'autre part les français communistes sont liés par le pacte germano-soviétique; il n'y a donc guère que les français radicaux et socialistes à vouloir soutenir la Pologne à l'époque;

Le grand mérite d'Amouroux, et personne de nos jours ne contestera ce point, c'est de montrer que la France n'avait pas les moyens de continuer la lutte et devait demander l'armistice; L'historiographie gaulliste est évidemment plus séduisante, mais ne tient pas la route. Amouroux montre bien que les français, assommés, réclamaient l'armistice. Il montre surtout, qu'à l'époque toujours, Pétain est réveré, tant par le personnel politique dans son ensemble que par la totalité des français.

Il ne s'agit pas d'un livre plaisant, au sens où ce livre montre une réalité qu'on préfererait oublier car elle n'est pas à notre gloire: c'est ce qu'avait bien compris De Gaulle, qui a laissé se construire ensuite l'image d'une France résistante, ce qui était strictement impossible au printemps 1940, et l'est devenu ensuite à-partir de fin 1941, après l'attaque allemande sur la Russie et Pearl Harbour.