Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

exposition icônes a la chapelle de l hôpital saint louis .1 avenue claude vellefaux paris 10 DU 14 AU 20 DECEMBRE 2016
exposition icônes a la chapelle de l hôpital saint louis .1 avenue claude vellefaux paris 10 DU 14 AU 20 DECEMBRE 2016
exposition icônes a la chapelle de l hôpital saint louis .1 avenue claude vellefaux paris 10 DU 14 AU 20 DECEMBRE 2016
exposition icônes a la chapelle de l hôpital saint louis .1 avenue claude vellefaux paris 10 DU 14 AU 20 DECEMBRE 2016
exposition icônes a la chapelle de l hôpital saint louis .1 avenue claude vellefaux paris 10 DU 14 AU 20 DECEMBRE 2016
exposition icônes a la chapelle de l hôpital saint louis .1 avenue claude vellefaux paris 10 DU 14 AU 20 DECEMBRE 2016
exposition icônes a la chapelle de l hôpital saint louis .1 avenue claude vellefaux paris 10 DU 14 AU 20 DECEMBRE 2016
exposition icônes a la chapelle de l hôpital saint louis .1 avenue claude vellefaux paris 10 DU 14 AU 20 DECEMBRE 2016

 

HISTOIRE DE LA CHAPELLE SAINT  LOUIS  DE PARIS

La chapelle de l’hôpital Saint-Louis, 12 rue de la Grange-aux-Belles (Métro: Colonel Fabien -M2 ou Jacques Bonsergent -M5-; bus : L75), dans le dixième arrondissement, près du canal Saint-Martin, fait partie des richesses patrimoniales de Paris. Elle témoigne d’une histoire à la fois civile et religieuse.

Cloches de la chapelle

 

 

Sur le territoire de l’Assistance publique et sous l’autorité de l’hôpital, , elle est le bâtiment de l’aumônerie catholique (on peut consulter l’historique de la liste des aumôniers catholiques). Sous l’impulsion de Monseigneur Lustiger, elle fait partie des lieux qui retrouvèrent une activité paroissiale dans les années 1980. De ce point de vue, elle dépend actuellement de la paroisse Saint-Joseph des Nations. Elle a ainsi retrouvé la double mission que lui avait assignée Henri IV, le roi qui a décidé en 1607 de la construction de la "maison de santé" qu’il dédia à son ancêtre Saint Louis - mort de la peste -, et qui posa la première pierre de sa chapelle (les "400 ans de la chapelle" ont été célébrés en 2010).

L’hôpital Saint-Louis est édifié au début du xviie siècle sur décision de Henri IV, qui signe le 17 mai 1607 l’édit fondant cet hôpital, à la suite des graves épidémies de 1562, 1596 et 1606.

 

Il s’agit initialement d'un hôpital intermittent, utilisé en période d’épidémie, pour mettre en quarantaine les malades contagieux de Paris. Il est ainsi installé en dehors des murs, au-delà de la porte du Temple, au milieu de champs, entre la rue du Carême-Prenant et les chemins de Saint-Maur, de Meaux et de Belleville comme le montre le plan de Turgot. L’hôpital est construit à proximité du premier emplacement du gibet de Montfaucon, visible sur la gravure de Claude Chastillon qui le représente.

 

La construction, assez rapide, s’effectue d’après les plans de Claude Vellefaux ou de Claude Chastillon3, avec une chapelle pour première construction. Le vendredi 13 juillet 1607, le roi en pose la première pierre4 et Antoine Le Mercier organise les travaux.

La messe mortuaire du roi Henri IV assassiné par François Ravaillac le 14 mai 1610 y est la première célébrée, probablement sur une musique de la Missa pro defunctis d’Eustache Du Caurroy (1549-1609). La construction de l’ensemble de l’hôpital est terminée en 1612.

 

À l’origine appelé Maison de la Santé, l’hôpital a pris le nom de Saint-Louis en souvenir du roi Louis IX, qui décéda d’une épidémie dite de peste (et en réalité de dysenterie) sous les remparts de Tunis, en 1270 à la fin de la huitième croisade (organisée par Louis IX). Les premiers malades n’arrivent qu’en 1616 et l’hôpital reste ouvert pendant trente ans3.

 

Les premières périodes où l’hôpital a été en service furent :

 

1616 à 1636 sans discontinuer (épidémies) ;

1651, pendant la Fronde ;

1670 à 1671 (épidémie dite de scorbut) ;

1709 à 1710 (idem) ;

1729 à 1730 (idem) ;

de 1731 à 1740 : les locaux de l’hôpital servirent de grenier à blé ;

en 1749, on y enferme les mendiants et vagabonds de Paris ;

de 1754 à 1767 pour désengorger l’Hôtel-Dieu en plein centre de Paris sur l'île de la Cité ;

à partir de 1773 à la suite de l’incendie de l’Hôtel-Dieu de 1772. L’hôpital Saint-Louis ne fermera plus à partir de cette date, devenant un hôpital permanent.

L'hôpital a joué un rôle significatif dans le développement de la dermatologie au xixe siècle. Il abrite toujours un musée de moulage sur ce thème.

 

Rebaptisé hospice du Nord sous la Révolution française, l'hôpital est consacré à la prise en charge des maladies de peau par arrêté du Conseil général des hospices du 27 novembre 18013.

Jean-Louis Alibert y est nommé médecin adjoint. Il fonde à l'hôpital Saint-Louis, la première école de dermatologie du monde.

En 1818, des essais d'éclairage urbain à gaz hydrogène carburé sont effectués dans l'enceinte de l'hôpital.

En 1879 s'installe la chaire de clinique des maladies cutanées et syphilitiques de la faculté de médecine de Paris confié à Jean-Alfred Fournier, auquel succèdent Gaucher (1902) Jeanselme (1918), Gougerot (1928) et Degos (1951).

En 1889, s'y crée la Société française de dermatologie.

Au xxe siècle, l'hôpital Saint-Louis accueille des spécialités chirurgicales et hématologiques. Durant cette période, il bénéficie de multiples protections au titre des monuments historiques2 : le pavillon Gabrielle, le pavillon Bazin, la pharmacie et la cuisine actuelle sont inscrits le 28 juillet 1937, divers bâtiments, en particuliers ceux entourant la cour centrale, sont classés le 21 décembre 1982, la chapelle est classée le 25 juin 1993, le bâtiment du musée de dermatologie est inscrit le 12 novembre 1997, le puits est inscrit le 27 mai 2003 et le réservoir dépendant des eaux de Belleville est classé le 6 février 2006.

 

En juin 2012, le centre des grands brûlés de Paris déménage à l'hôpital Saint-Louis5.

 

Horaires de la Chapelle de l'hôpital Saint-Louis
 
 
 
Ouverture
 

Lundi au vendredi: 14h30-17h


Messes

Mercredi: 16h
Dimanche
: 11h