Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MOGLIANI ET SON DEMON tableau de45x35 cm  réaliser a la tempera (école Grec ) dans notre atelier a ile bouchard par Ines Brunin
MOGLIANI ET SON DEMON tableau de45x35 cm  réaliser a la tempera (école Grec ) dans notre atelier a ile bouchard par Ines Brunin
MOGLIANI ET SON DEMON tableau de45x35 cm  réaliser a la tempera (école Grec ) dans notre atelier a ile bouchard par Ines Brunin
MOGLIANI ET SON DEMON tableau de45x35 cm  réaliser a la tempera (école Grec ) dans notre atelier a ile bouchard par Ines Brunin
MOGLIANI ET SON DEMON tableau de45x35 cm  réaliser a la tempera (école Grec ) dans notre atelier a ile bouchard par Ines Brunin
MOGLIANI ET SON DEMON tableau de45x35 cm  réaliser a la tempera (école Grec ) dans notre atelier a ile bouchard par Ines Brunin
MOGLIANI ET SON DEMON tableau de45x35 cm  réaliser a la tempera (école Grec ) dans notre atelier a ile bouchard par Ines Brunin

 

tableau de 45x35 cm  réalise a la tempera école grec en juin 2022  sur planche bois  technique iconographie  avec pigments naturels (méthode grec) artise INES BRUNIN 

 

Amedeo Modigliani est donc un homme orageux. La légende a souvent imputé à l'alcool (exclusivement du vin) et à la drogue (du haschich) ses sautes d'humeur et son agressivité. En réalité, lorsqu'il arrive à Paris à la fin de l'année 1906 après avoir étudié la peinture à Florence puis à Venise, le jeune homme boit modérément mais pique déjà d'énormes colères face à l'antisémitisme qu'il découvre dans la capitale française. Jusqu'alors, son oncle Amedeo Garsin lui a payé ses études et ses voyages, mais il est mort l'année précédente d'une pleurésie, le mal des Garsin. Eugenia a pris le relais et donne à son fils un petit pécule qui sera vite épuisé. Ainsi commence une vie miséreuse mais ordinaire, celle de la plupart des artistes immigrés de l'époque — miséreuse mais pas indigente puisque le jeune homme reçoit régulièrement un mandat de sa mère. Amedeo se débrouille. Pour sculpter, il récupère des pierres auprès des ouvriers italiens, mais la poussière l'étouffe et ses poumons souffrent — il est d'une santé fragile.

Un style mêlant impressionnisme et fauvisme

Modigliani sculpte peu mais prépare méticuleusement ses oeuvres grâce à de nombreux dessins et aquarelles — quelques têtes rondes puis, dès 1911, longilignes, épurées, harmonieuses. A partir de 1913, épuisé, il se consacre à la peinture, plus facile à vendre. A son arrivée à Paris, en 1906, il adopte un style mêlant impressionnisme et fauvisme, mais Matisse regarde déjà l'art nègre et, deux ans plus tard, le cubisme de Picasso et de Braque se répand dans la capitale. Désemparé, Amedeo cherche chez le Picasso de la période bleue (La Juive, 1908), chez Toulouse-Lautrec (L'Amazone, 1909), tente le pointillisme (Portrait de Frank Haviland, 1914), puis se tourne vers Cézanne (Henri Laurens assis, 1915), en revenant parfois vers le cubisme (Madame Pompadour, 1915). De ces influences naît à partir de 1916 un style singulier, que Modigliani épure jusqu'à sa mort à travers les portraits et les nus : silhouettes longilignes, visages allongés, longs cous, yeux en amande souvent vides, trait noir et fin dessinant les figures sur des fonds mouchetés cézanniens.

“Nu couché”, peinte vers 1918, a été vendu en 2015 pour près de 180 millions d'euros

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :